Inscrivez-vous pour la Conférence du CIRA/ICSP – Strasbourg 2018

La quatrième conférence sur la résidence alternée se tiendra à Strasbourg, les 22 et 23 novembre 2018, au Palais de l’Europe. Le thème de cette conférence est : Résidence alternée, justice sociale et droits de l’enfant.

La Conférence est organisée sous les auspices du Secrétaire général du Conseil de l’Europe, M. Thorbjørn Jagland. Elle est également soutenue par la ville de Strasbourg, l’Université de Strasbourg et le Jardin des Sciences.

 

Pour l’inscription, utiliser le lien : https://twohomes.org/fr_accueil Continuer la lecture de « Inscrivez-vous pour la Conférence du CIRA/ICSP – Strasbourg 2018 »

En Suisse, une brochure d’information sur la coparentalité après divorce

L’Association suisse pour la coparentalité vient de diffuser une brochure d’information aux parents et aux professionnels pour développer la coparentalité et la résidence alternée, en cas de séparation. Nous avions déjà rencontré cette association lors d’une intervention à Lausanne.

Cette brochure, téléchargeable ici, a pour but de répondre aux questions des parents, des proches, des professionnels du secteur et des personnes intéressées concernant la vie des enfants en résidence alternée.

Elle fournit un utile résumé des dernières recherches sur les modes de résidence des enfants après séparation des parents.

Elle présente aussi les avantages et les inconvénients pour les parents, elle fournit des conseils pour la mise en pratique au quotidien et explique pourquoi la résidence alternée implique également des avantages significatifs pour les mères.

Voici quelques extraits. Continuer la lecture de « En Suisse, une brochure d’information sur la coparentalité après divorce »

Résidence alternée ou garde pleine chez la mère : où est la norme ?

Nous poursuivons le billet de la semaine dernière à partir de l’éditorial de la revue Journal of Divorce & Remarriage. Ce numéro spécial regroupe les articles des 12 experts qui sont intervenus lors de la 3ème Conférence Internationale sur la Résidence Alternée, à Boston en mai 2017.

Dans la première partie de son éditorial, Linda Nielsen définit la résidence alternée comme un modalité qui permet à un enfant de rencontrer chaque parent au moins 35% de son temps. Elle note que c’est à partir des décisions des adultes que la vie des enfants sera organisée. Les parents, les avocats et avocates, les médiateurs et médiatrices et les juges devraient donc être informés des résultats des recherches sur les conséquences de la séparation sur les enfants.

La fin de l’éditorial aborde la question de la norme : est-ce la résidence de l’enfant chez les deux parents en alternance ou la femme est-elle naturellement celle qui doit s’occuper des enfants ? Continuer la lecture de « Résidence alternée ou garde pleine chez la mère : où est la norme ? »

Les conclusions de la conférence ICSP Boston 2017 publiées dans une revue scientifique internationale

La revue Journal of Divorce & Remarriage  publie un numéro spécial consacré aux récentes recherches sur la résidence alternée. Ce journal regroupe les articles des 12 experts qui sont intervenus lors de la 3ème Conférence Internationale sur la Résidence Alternée, à Boston en mai 2017.

Le CIRA/ICSP organisait cette conférence en partenariat avec L’Organisation Parentale Nationale des USA (NPO). Cette publication est une reconnaissance de la valeur scientifique de nos travaux. Cette publication représente aussi une belle avancée pour améliorer les conditions de vie des enfants dont les parents se sont séparés.

La question explorée par ce numéro spécial est : est-ce que les enfants ont avantage à vivre surtout avec un seul parent ou plutôt en résidence alternée, sans que l’un des parents soit non-résident ?

Linda Nielsen, Professeure de psychologie au département Education d’une université américaine, propose une intéressante préface, en libre accès. Elle fait d’abord le point sur la définition de la résidence alternée. Puis elle remet les adultes, parents ou professionnels, devant leurs responsabilités vis-à-vis des enfants. Continuer la lecture de « Les conclusions de la conférence ICSP Boston 2017 publiées dans une revue scientifique internationale »

Favoriser et reconnaître l’engagement des deux parents dans l’éducation et le soin des enfants

Nous poursuivons notre incursion dans le domaine de l’équilibre entre travail et vie de famille commencée il y a plusieurs mois et repris dans le billet de la semaine dernière.

Cet équilibre, qui vise l’engagement des deux parents dans l’éducation et le soin des enfants et des adolescents, est un enjeu pour le bienêtre des enfants lors de la séparation du couple. La manière dont les deux parents, et notamment les pères, sont engagés dans la relation quotidienne avec leurs enfants va influencer leur bienêtre.

Il est de la responsabilité des parents de développer cet équilibre entre vie de travail et vie de famille, pour les deux parents. Il revient aux états de favoriser et de reconnaître cet équilibre à travers la loi.

C’est le sens de la directive européenne actuellement en discussion. Continuer la lecture de « Favoriser et reconnaître l’engagement des deux parents dans l’éducation et le soin des enfants »

Le congé parental en Europe : une marche vers plus d’égalité dans le soin aux enfants ?

L’actualité de la résidence alternée fait, en ce moment, un petit pas de côté et passe par la question du congé parental.

Nous l’avons déjà abordé dans ce blog, le développement de la possibilité pour les enfants de vivre en résidence alternée passe vraisemblablement par un meilleur équilibre des responsabilités éducatives dès la naissance.

En fait, comme le montrait l’enquête de la revue Alternatives Économiques, ce meilleur équilibre s’appuie sur plusieurs facteurs : un congé parental souple et bien rémunéré, un part du congé parental réservée à la mère et une au père, des modes de garde des enfants diversifiés et une rémunération égale des femmes et des hommes au travail.

Qu’en est-il en France et en Europe ? Continuer la lecture de « Le congé parental en Europe : une marche vers plus d’égalité dans le soin aux enfants ? »

Pour supprimer les tunnels de 3 semaines, éviter un week-end sur deux strict

Nous avons reçu plusieurs réactions à notre dernier billet à propos des tunnels de 3 semaines dans lesquels sont régulièrement plongés les enfants, sans voir leur parent non-résident, souvent le père. Les solutions pour les supprimer semblent très difficiles à trouver.

Rappelons que l’arrangement dit « classique » qui fait que l’enfant rencontre le parent non-résident un week-end sur deux est, dans la réalité de la vie de l’enfant, une alternance 12 jours – 2 jours. Selon la manière dont est rédigé l’accord entre les parents et la décision du juge, cette alternance, en se combinant avec les vacances scolaires, peut créer des périodes de 3 semaines sans aucune rencontre avec le parent qui a le droit de visite et d’hébergement.

Que faire dans ce cas pour les éviter ? Les solutions qui apparaissent, en lisant les retours qui nous ont été faits, ne sont jamais totalement satisfaisantes. Continuer la lecture de « Pour supprimer les tunnels de 3 semaines, éviter un week-end sur deux strict »

Trois semaines sans rencontrer son père, sa mère : comment construire du lien dans ces conditions ?

Nous avons laissé passer trois semaines sans aucun billet de blog.

Trois semaines, cela correspond au temps que passent certains enfants de parents séparés sans rencontrer leur parent qui n’a pas la résidence principale. Ces « tunnels » se situent avant ou après les vacances scolaires.

Nous nous demandons comment ces enfants peuvent construire un lien avec ce parent non-résident lorsque leurs rencontres sont aussi espacées et aussi irrégulières. Continuer la lecture de « Trois semaines sans rencontrer son père, sa mère : comment construire du lien dans ces conditions ? »

Cour d’Appel de Rennes : l’audition d’un enfant de 9 ans conduit à maintenir la résidence alternée

Nous reprenons l’étude des décisions de Cour d’Appel déposées sur la site Légifrance. Notre objectif est de mettre à jour les motifs et les principes qui orientent les décisions des juges.

Nous avons déjà cité les Cours d’Appel de Chambéry et de Versailles. Les motifs des juges vont plutôt dans le sens des résultats des recherches que nous citons dans ce blog : la résidence alternée est, le plus souvent, le meilleur moyen pour préserver le bienêtre et le développement des enfants, quel que soit le niveau de conflit des parents ou leur manque de coopération.

La Cour d’Appel de Rennes, dans son ordonnance du 2 mai 2017, doit statuer sur le cas d’un enfant de 10 ans, alors que ses parents s’opposent sur la modalité de résidence. Continuer la lecture de « Cour d’Appel de Rennes : l’audition d’un enfant de 9 ans conduit à maintenir la résidence alternée »

Le congé paternité très apprécié par les pères au Danemark

Le congé paternité existe dans de nombreux pays de manière plus ou moins étendue. Deux objectifs sont visés. On cherche à donner à l’enfant une expérience de vie quotidienne avec son père de manière à renforcer les liens d’attachement qui ont pu être créés à la naissance, voire même avant. On cherche aussi une plus grande égalité dans la répartition des charges d’éducation des enfants entre le père et la mère.

Pour savoir comment fonctionne ce congé paternité, l’association des pères danois (Danish Fathers Association) a mené une enquête auprès de près de 2 000 pères ayant un enfant de moins de 10 ans. L’enquête est conduite en partenariat avec l’université de Harvard.

Les résultats ont été publiés et présentés au parlement danois.

La moitié des pères a pris un congé de moins d’un mois, voire de deux semaines. L’autre moitié des répondants a pris un congé de plus d’un mois, souvent jusqu’à trois mois voire six mois. La grande majorité (plus de 70%) souhaite un allongement de la durée du congé. Que disent-ils de ce fonctionnement ? Continuer la lecture de « Le congé paternité très apprécié par les pères au Danemark »

Les bébés peuvent s’attacher à leurs deux parents

Est-ce que les deux parents jouent des rôles importants dans les premières années de la vie des enfants ? Est-ce que la mère n’est pas la seule personne qui compte à ce stade ?

Le droit de l’enfant à construire et maintenir des relations régulières avec chacun de ses deux parents, même après leur séparation est affirmé dans l’article 9 de la Convention Internationale des Droits de l’Enfant. Que dit la psychologie de la construction de ces liens ?

Ce sont des questions que nous traiterons lors de la conférence CIRA/ICSP de Strasbourg, les 22 et 23 Novembre 2018.

Nous présentons aujourd’hui les résultats des travaux de Michaël Lamb, psychologue reconnu mondialement pour son expertise.

Continuer la lecture de « Les bébés peuvent s’attacher à leurs deux parents »

Soutien de l’Université de Strasbourg à la conférence Internationale CIRA/ICSP 2018

Les semaines se suivent et se ressemblent parfois.

Cette semaine, l’Université de Strasbourg a donné son parrainage à la conférence CIRA/ICSP de Strasbourg, les 22 et 23 Novembre 2018. L’université soutient cette conférence parce qu’elle s’inscrit dans la même perspective que les travaux conduits à Strasbourg par le Centre de Droit Privé Fondamental

L’importance de la Conférence CIRA/ICSP « Résidence alternée, justice sociale et droits de l’enfant » est donc renforcée par celles des institutions qui la soutiennent. Continuer la lecture de « Soutien de l’Université de Strasbourg à la conférence Internationale CIRA/ICSP 2018 »

Conférence Internationale « Résidence alternée, justice sociale et droits de l’enfant »

Comme les fidèles de ce blog le savent, la prochaine conférence internationale du CIRA/ICSP se tiendra les 22-23 novembre 2018 sur le thème : Résidence alternée, justice sociale et droits de l’enfant (Shared Parenting, Social Justice and Children´s Rights).

Les plénières de la conférence elle-même se tiendront au Palais de l’Europe. La conférence est parrainée par le Conseil de l’Europe.

Nous venons d’apprendre que l’eurométropole de Strasbourg donne son parrainage pour cette conférence.  Un vin d’honneur est prévu !

Les conférencières et conférenciers des séances plénières sont très enthousiastes et nous vous en dirons plus dès que la liste complète.

Nous avons déjà reçu d’intéressantes propositions de présentations orales lors des ateliers.

Nous vous invitons à soumettre une contribution.

La date limite de soumission a été entendue jusqu’au 29 mars de manière à laisser du temps aux retardataires !

Continuer la lecture de « Conférence Internationale « Résidence alternée, justice sociale et droits de l’enfant » »

Rôle du père dans la sécurité affective des enfants

La semaine dernière nous avons présenté les travaux de l’équipe de recherche de William Fabricius concernant la sécurité affective des enfants et adolescents. Ce billet détaille la suite de l’enquête et ses résultats.

Les résultats montrent que la qualité de la relation des deux parents entre eux et celle de la relation de l’enfant au père jouent un rôle important. Ces résultats bousculent les études précédentes qui se sont centrées sur le conflit parental ou les relations de l’enfant à la mère. Continuer la lecture de « Rôle du père dans la sécurité affective des enfants »

Qu’est-ce qui compte pour la sécurité affective des adolescents ?

Nous continuons à nous intéresser au rôle de chacun des parents dans le bienêtre et le développement des enfants et adolescents. L’équipe de recherche de William Fabricius a conduit une étude auprès de 392 familles sur cette question.

Une première génération de recherches s’était intéressé au conflit parental comme seule explication du bienêtre des enfants.

Les recherches suivantes ont montré que les effets du conflit sont médiés, modifiés, par d’autres facteurs, comme l’attitude du père, par exemple.

De plus, de nombreuses études montrent que la notion même de conflit est mal définie, car les recherches anciennes confondent désaccord, dispute et violence.

La recherche de Fabricius et son équipe prend en compte les défauts des études précédentes et va au-delà. Continuer la lecture de « Qu’est-ce qui compte pour la sécurité affective des adolescents ? »