Une note de synthèse pour présenter la résidence alternée

Voici une courte note qui permet de présenter de manière synthétique l’état des recherches sur les conséquences de la rupture parentale sur les enfants en insistant sur les différents modes de résidence.

La note se centre sur le coût social et individuel du droit de visite et d’hébergement dit « classique ». 

La plupart des enfants subissent des préjudices lorsque la modalité de résidence fait que, en 2 semaines, ils passent 12 jours chez un parent, souvent la mère, et seulement 2 jours avec l’autre parent, souvent le père.

Ces préjudices sur les enfants se répercutent aussi sur les mères – qui sont en charge d’un foyer monoparental – et sur les pères -qui contribuent financièrement à l’hébergement et à l’éducation des enfants sans pouvoir, la plupart du temps, exercer la coparentalité.

Cette note propose aussi des recommandations pour améliorer les lois.

Télécharger la note ici