Devenir responsable de ceux qui vivent à côté de soi

Nous reprenons et terminons notre lecture du livre de Loïck Roche, intitulé la Théorie du Lotissement (voir notre billet du 12 juillet 2017). Cette théorie se fonde sur l’idée que, lorsque l’on partage une chose commune, un même lotissement, la valeur de notre propre maison dépend aussi de celle du voisin. Si la maison du voisin est dégradée, la valeur de notre maison est dégradée aussi.

Dans la suite, il parle de l’esprit de responsabilité et donne des pistes pour que le monde change. Comme nous sommes sur le même bateau, mieux vaut coopérer. Mais il y a besoin de lois qui incitent à coopérer. Continuer la lecture de « Devenir responsable de ceux qui vivent à côté de soi »

Théorie du lotissement : ce qui est bon pour l’autre est bon pour moi

Pendant cette période de vacances nous vous proposons de quitter le strict domaine de l’actualité de la résidence alternée pour vous présenter quelques textes qui peuvent nous aider à penser la vie autrement. Tout en restant proche de notre domaine !

Aujourd’hui nous proposons un livre de Loïck Roche, directeur de Grenoble École de Management, intitulé la Théorie du Lotissement.

Un livre passé par un collègue grenoblois. Continuer la lecture de « Théorie du lotissement : ce qui est bon pour l’autre est bon pour moi »

Succès de la conférence NPO-ICSP 2017

La conférence internationale sur la résidence alternée Boston 2017 vient de se terminer. Elle a porté sur le thème : Recherches sur la résidence alternée : Un tournant dans la compréhension du meilleur intérêt de l’enfant ?

Présidence de la plénière

Pendant deux jours, 150 personnes venant de 24 pays se sont rassemblées dans une ambiance studieuse et amicale pour écouter les experts du champ de la résidence alternée – représentant à la fois les scientifiques et les professionnels de la famille – et pour échanger leurs expériences et leurs projets. Il est trop tôt pour une conclusion mais nous pouvons déjà partager deux points. Rapidement avant de reprendre l’avion ! Continuer la lecture de « Succès de la conférence NPO-ICSP 2017 »

Sur la résidence alternée, Mélanchon vaut-il Hamon ?

Nous avions écrit au candidat Jean-Luc Mélanchon comme aux autres mais nous n’avons pas reçu de réponse (voir notre billet du 8 mars 2017). En revanche, il avait répondu à un collectif d’associations et sa réponse est maintenant en ligne sur le site de la France Insoumise. Nous la prenons donc comme une donnée qui vaut la peine d’être discutée dans ce blog.

La question posée par le collectif était de savoir si le candidat pouvait soutenir que « en cas de divorce, la résidence partagée équilibrée (RPE) soit décrétée de base dès lors que l’un des deux parents la demande, charge ensuite aux Juges de l’adapter au cas par cas le cas échéant. »

Cette question peut paraître plus radicale que celle que nous avions posée (voir notre billet du 8 mars 2017). Elle peut alors provoquer des réponses plus radicales aussi.

Continuer la lecture de « Sur la résidence alternée, Mélanchon vaut-il Hamon ? »

Emmanuel Macron se positionne sur la résidence alternée

Dans notre billet du 19 avril 2017, nous avons regretté qu’Emmanuel Macron n’ait pas vraiment répondu à notre question à propos de la résidence alternée comme première option proposée aux couples qui se séparent.

Nous avions écrit à tous les candidat.e.s. Seul Hamon avait répondu pour dire son opposition ferme (voir notre billet du 5 avril 2017).

Hier au soir, nous avons reçu une réponse d’Emmanuel Macron à travers son équipe. Il répond aux trois questions que nous avions posées (voir notre billet du 8 mars 2017).

Dans ce court billet qui paraît exceptionnellement un jeudi, actualité oblige, nous ne publions que la réponse à la question que nous avons posée sur le site WhyboOk (voir notre billet du 12 avril 2017). Continuer la lecture de « Emmanuel Macron se positionne sur la résidence alternée »

Emmanuel Macron nous répond, mais pas sur la résidence alternée…

En février, nous avons écrit aux cinq candidats dont les sondages montrent qu’ils peuvent devenir président de la République pour leur demander leur avis sur la résidence alternée. Après la réponse très décevante de Benoît Hamon (voir notre billet du 5 avril 2017), nous avons reçu un mel de l’équipe d’Emmanuel Macron. Continuer la lecture de « Emmanuel Macron nous répond, mais pas sur la résidence alternée… »

Le CIRA avec les associations suisses de coparentalité (suite)

Nous poursuivons le compterendu des points forts de l’assemblée annuelle du mouvement de la condition paternelle Vaud commencé dans notre billet de la semaine dernière (voir le billet du 22 mars 2017). Nous avons rapporté les interventions des chercheurs et des juges.

Dans ce billet nous présentons celles des deux vice-présidents du CIRA/ICSP : Chantal Clot-Grangeat, pour les professionnels, et Oliver Hunziger, pour la société civile. La première est psychologue, thérapeute, docteure en psychologie. Le second est président de l’association suisse pour la coparentalité (GeCoBi). Continuer la lecture de « Le CIRA avec les associations suisses de coparentalité (suite) »

La résidence alternée, c’est avant tout celle des enfants

Notre article dans le journal en ligne The Conversation continue sa belle diffusion à travers le monde. Les commentaires sur l’article nous permettent de démonter quelques idées reçues qui bloquent la réflexion en France. Dans un premier temps nous avions répondu aux critiques d’un professeur expert en psychologie (voir notre billet du 1° février 2017, la semaine dernière, nous avons répondu aux personnes qui suivent l’avis de ces spécialistes (voir notre billet du 8 février 2017).

Cette semaine, nous répondons aux personnes qui disent que la résidence alternée ne vaut rien pour la plupart des couples car les hommes seraient violents. Continuer la lecture de « La résidence alternée, c’est avant tout celle des enfants »

200 000 enfants par an dans les couples séparés

Notre article dans le journal en ligne The Conversation a rencontré un intérêt que nous n’avions pas soupçonné. Repris par d’autres journaux, twitté et retwitté, il a été lu par plus  de 18 600 lecteurs en une semaine. Cela démontre, s’il en était besoin, que la question de la résidence des enfants après la séparation de leurs parents est bien une question sociale et politique actuelle.

Les commentaires sur l’article nous permettent d’en préciser certains éléments. Le commentaire d’un psychologue expert, en effet, illustre l’une des idées bien ancrées qui sont évoquées en tête de l’article et qui bloquent la réflexion en France à propos de la résidence des enfants après séparation de leurs parents. Un des blocages découle de la prétention de certains spécialistes, comme ce psychologue renommé, à savoir comment les choses se passent dans la « vraie vie » et de leur rejet dans « l’ineptie », pour reprendre ses propres termes, de toute autre approche que la leur, notamment par les statistiques. Continuer la lecture de « 200 000 enfants par an dans les couples séparés »

2017 : une année de choix politiques pour les enfants et les parents séparés

Souhaitons que 2017 soit une belle année pour les enfants et les parents, pour toutes les familles, classiques ou pas, séparées ou recomposées.

Durant l’année écoulée, près de cinquante billets ont été publiés sur ce blog. Un nombre de plus en plus important de lecteurs les ont suivis ou transférés sur les réseaux sociaux.

Soyez toutes et tous remerciés car c’est ainsi que nous participerons, peut-être, au changement des représentations à propos de la résidence des enfants des parents séparés en France.

Faisons un rapide bilan de 2016 et traçons des perspectives pour 2017. Continuer la lecture de « 2017 : une année de choix politiques pour les enfants et les parents séparés »

Difficultés scolaires pour les enfants qui vivent avec un seul parent

Le nombre d’enfants vivant en foyer monoparental représente une part de plus en plus importante des familles avec enfants en France. Selon les derniers chiffres de l’INSEE portant sur les décisions des JAF de l’année 2012, un peu plus de sept enfants sur dix (75%) vivent uniquement chez la mère, moins d’un sur dix (8%) chez le seul père et moins de deux sur dix (17%) vivent en résidence alternée.

Pour la seule année 2012, ce sont environ 150 000 enfants sur les 200 000 environ dont les parents se sont séparés qui vivent chez leur mère. Les statistiques du ministère de la Justice, datant de 2015, montrent que pour la majorité des cas (57%) ces enfants se retrouvent coupés de leur père durant deux semaines de classe avant de le retrouver pour un week-end et de le voir la moitié des vacances scolaires.

On pecoleeut penser que cette situation de déséquilibre a des conséquences sur la réussite des enfants à l’école.

Les services statistiques du ministère de l’Éducation Nationale ont conduit une étude pour répondre à cette question à partir d’un échantillon de 35 000 enfants entrés au collège en 2007. Continuer la lecture de « Difficultés scolaires pour les enfants qui vivent avec un seul parent »

Et si la résidence alternée devenait la première option ?

Et si la loi française décidait, comme en Belgique, que la résidence alternée devienne la première option proposée aux parents qui se séparent. Il semble normal qu’ils puissent poursuivre à deux l’éducation des enfants qu’ils ont eus ensemble, même si le couple est séparé. Mais est-il souhaitable que les parents soient forcés à accepter la résidence alternée, c’est-à-dire une situation où les enfants peuvent passer au moins 35% de leur temps avec chaque parent ? C’est une question cruciale à envisager avant de vouloir changer la loi.

from: www.wikihow.com/Create-a-Parenting-Plan
from: www.wikihow.com/Create-a-Parenting-Plan

La loi pourrait être à l’inverse de celle qui prévaut en France aujourd’hui : ce ne serait pas un parent qui serait forcé à accepter que ses enfants soient en résidence pleine chez l’autre parent mais, au contraire, les deux parents qui seraient forcés à mettre en place la résidence alternée. Continuer la lecture de « Et si la résidence alternée devenait la première option ? »

Réduire le temps de travail pour plus d’égalité femmes-hommes

Le quotidien en ligne Médiapart diffuse un rapport inédit de l’inspection générale des affaires sociales (IGAS), d’autres journaux reprennent cette information. Ce rapport concerne l’emploi et la réduction du temps de travail. Si elle est bien menée, disent ces inspecteurs, la réduction du temps de travail peut améliorer l’égalité entre les femmes et les hommes.

Pour notre part, nous stemps travailommes persuadés que la résidence alternée progressera avec celle de l’égalité au travail entre les pères et les mères. C’est ce que nous avons expliqué à la suite de l’article de la revue Alternatives Économiques à propos de la Suède, dans notre billet du 20 avril 2016. Les propositions des inspecteurs de l’IGAS qui ont rédigé ce rapport vont dans ce sens. Continuer la lecture de « Réduire le temps de travail pour plus d’égalité femmes-hommes »

Être père, aujourd’hui : ça bouscule !

Nous poursuivons le billet de la semaine dernière à propos du Téléphone Sonne de France Inter avec comme invité Serge Hefez, psychiatre, psychanalyste et responsable de l’unité de thérapie familiale à l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière à Paris, à l’occasion de l’enquête « Être père aujourd’hui » conduite par l’UNAF.

Une auditricepapapoule, qui se moque gentiment de l’émission dans laquelle il n’y a pas de femmes pour parler de la maternité, témoigne que les mères sont toujours sollicitées comme responsables des enfants. Selon elle, la médecine, l’école, tout le monde s’adresse toujours d’abord à la mère lorsque l’enfant à un souci. Elle trouve que la mère est souvent rappelée à l’ordre, surtout quand elle débute dans son rôle de mère. C’est toujours sur la mère que cela retombe quand le bébé pleure dans le bus, quand il est en retard à la crèche, quand il y a un problème à l’école. Pour elle, le père est toujours félicité dès qu’il s’occupe un tant soit peu de ses enfants. Du coup, elle aimerait bien être père de temps en temps, pour bénéficier un peu de ces avantages. Continuer la lecture de « Être père, aujourd’hui : ça bouscule ! »

Être père, être mère : c’est toujours un chantier mobile !

A l’occasion de l’enquête « Etre père aujourd’hui » conduite par l’UNAF, France Inter a invité Serge Hefez, psychiatre et psychanalyste, responsable de l’unité de thérapie familiale à l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière à Paris, et Michel Fize, sociologue, à l’occasion du Téléphone Sonne. Le thème de l’émission était : « Les nouveaux pères, ou pères modernes sont de plus en plus sur un pied d’égalité avec la mère. Partage des tâches, de l’autorité et de l’affection. Nouvelle norme, ou mode ? »

chantierLes propos du journaliste, les réponses des invités, les témoignages et les réactions des auditeurs et des auditrices, montrent que la question de l’équilibre entre père et mère dans le couple est toujours un chantier. Et un chantier en plein mouvement !

Continuer la lecture de « Être père, être mère : c’est toujours un chantier mobile ! »

Aplanir les inégalités dans le couple pour favoriser la résidence alternée

Le dossier proposé ce mois d’avril par la revue Alternatives Économiques déclare que le mode de garde des enfants en France manque de gouvernance et de logique. On y parle des enfants que leurs parents font garder durant la journée mais la manière de décider de leur résidence en cas de divorce semble gouvernée de la même manière.

Euro_and_familyDans le billet de la semaine dernière, nous avons montré les inconvénients du mode de garde par la mère seule, pour les enfants et pour les mères. Les modes de garde collectifs seraient plus adaptés mais comme ils reposent sur les assistantes maternelles, on revient à la case départ. Il faudrait un mode de garde plus flexible, mieux adapté aux intérêts des jeunes enfants. Dans ce billet, nous parlons du congé parental qui est un deuxième axe pour améliorer la garde des jeunes enfants. Continuer la lecture de « Aplanir les inégalités dans le couple pour favoriser la résidence alternée »

Alternatives Economiques : qui doit garder les enfants ?

Le magazine Alternatives Economiques de ce mois d’avril s’intéresse au mode de garde des enfants : crèche, école, nounou ou famille ? L’article de Xavier Molénat montre qu’il y a tout intérêt à investir dans la petite enfance car cette politique est porteuse de bénéfices éducatifs, sociaux et aussi économiques.

La garde des enfants majoritairement dévolue aux mères

Le mode de garde des enfants est toujours une question préoccupante pour les parents mais elle l’est aussi pour les pouvoirs publics, en France comme en Europe et dans le reste du monde.

family-40370__180La tradition conduit à confier majoritairement cette garde aux mères mais cela les pénalise dans leur développement professionnel. En prenant de longs congés parentaux, elles sont écartées des postes à responsabilité et même du marché du travail pour celles qui sont le moins qualifiées. Elles dépendent alors largement des revenus sociaux et leur risque de pauvreté augmente. En cas de divorce, comme ces femmes conservent souvent la résidence des enfants, ces faibles revenus impactent le bienêtre des enfants, note Xavier Molénat. Continuer la lecture de « Alternatives Economiques : qui doit garder les enfants ? »

Résidence pleine : les enfants sont dans le tunnel d’avril

cal-alt_fev-avr-2016Notre billet du 3 février 2016 avait montré comment les enfants en résidence pleine chez un de leur parent, souvent la mère, souffraient de la succession des semaines paires et impaires qui se croisent avec les vacances scolaires pour créer de longs tunnels de trois semaines sans rencontrer l’autre parent, souvent le père.

En clair, avec ce système, la mère est surchargée de responsabilités et le père est coupé des relations simples, quotidiennes et régulières avec ses enfants. Continuer la lecture de « Résidence pleine : les enfants sont dans le tunnel d’avril »

Avantages de l’hébergement égalitaire pour les parents d’aujourd’hui

Le numéro 18 de la revue belge Filiatio interroge le sociologue Jacques Marquet sur les avantages et les inconvénients de l’hébergement égalitaire notamment pour les femmes qui travaillent et qui sont séparées. Le sociologue montre comment les réflexions des politiques, les décisions des juges et les pratiques des parents sont encore marquées par le modèle familial de l’entre-deux guerres.

Dans ce modèle, dit « bourgeois », le père représente le gagne-pain et l’autorité alors que la mère est responsable de l’espace privé, de l’éducation, du suivi scolaire, de l’entretien et de l’alimentation. Dans ce type de familles, si la mère travaille, c’est Rubikprincipalement pour compléter le salaire du mari. Cette représentation est entretenue dans les cercles familiaux, à travers les parents et grands-parents, dans les cercles d’amis, au travail et dans la plupart des relations sociales ordinaires. Mais le nombre croissant des femmes exerçant une activité professionnelle égale à celle de leur conjoint pousse certaines juridictions et certaines entreprises à s’adapter. C’est le cas en Flandres et c’est ce qui intéresse la revue Filiatio.
Continuer la lecture de « Avantages de l’hébergement égalitaire pour les parents d’aujourd’hui »

Au Luxembourg, pour la justice sociale et l’égalité entre les femmes et les hommes

L’association SOS Parents Luxembourg rassemble des parents, hommes et femmes, décidés à rendre publique les injustices et à revendiquer leurs droits après un divorce ou une séparation. Un de leur principal objectif est de maintenir le lien parental, particulièrement menacé par la non représentation d’enfants.

SOSParents-LGCrée en 2014, l’association « a pour objet social le soutien à la parentalité et à la famille au sens large, l’égalité entre les femmes et les hommes au sein de la famille et dans la société à travers toutes activités d’éducation, d’accompagnement, de plaidoyer, de communication et de recherche. »

Continuer la lecture de « Au Luxembourg, pour la justice sociale et l’égalité entre les femmes et les hommes »