Beaucoup de cas cliniques ne font pas une politique publique

Notre article dans le journal en ligne The Conversation continue de rencontrer un intérêt que nous n’avions pas soupçonné. Ce sont près de 20 000 lecteurs qui l’ont lu et partagé en deux semaines. Les commentaires sur l’article continuent de se multiplier aussi et les réponses nous ont pris beaucoup de temps. D’où notre petit retard de publication aujourd’hui.

Ces commentaires nous permettent de démonter quelques idées reçues qui bloquent la réflexion en France. La semaine dernière nous avions répondu aux critiques d’un professeur expert en psychologie (voir notre billet du 1° février 2017). Aujourd’hui, nous répondons aux personnes qui suivent l’avis de ces spécialistes.

L’avis de quelques spécialistes ne peut pas faire une règle générale

Un commentaire avance que « les spécialistes en santé mentale infantile, à condition d’être exempts de toute idéologie personnelle, sont mieux placés que quiconque pour connaître le développement infantile et ses besoins spécifiques reconnus par les neurosciences. »

Pour nous, les spécialistes doivent éviter les arguments d’autorité. Ce n’est pas parce que des spécialistes reconnus s’expriment qu’ils ont raison. D’ailleurs, en ce qui concerne le sujet de notre article, il se trouve que, au niveau international, de nombreux spécialistes de la santé mentale infantile ont des résultats inverses que ceux auxquels arrivent McIntosh et Solomon sur lesquels s’appuie ce commentaire.

Pour nous, ce qui importe c’est de regarder les méthodologies des recherches : comment s’y prennent les chercheurs pour produire leurs résultats et leurs conclusions.

Une méthodologie très précise et exemplaire est utilisée par Fabricius. A partir de plus de 100 cas, son étude montre que même avant 2 ans, la résidence alternée est meilleure que la garde pleine (voir notre billet du 18 janvier 2017).

Une multitude de cas individuels ne fait pas une règle générale

Un commentaire dit qu’il vaut mieux « partir des constats cliniques observés par moult cliniciens et se référer aux études qui permettent d’expliquer les troubles ou symptômes des enfants concernés » que de se référer à des études à large échelle.

Pour nous, l’opposition entre “constats cliniques” et “études à grande échelle” est aujourd’hui dépassée car, en général, on reconnaît que les deux approches se complètent. Cependant, elles ne sont pas équivalentes car elles ont deux rôles différents. Les cas cliniques servent à détecter les difficultés individuelles et à chercher des moyens de les traiter. Les études à large échelle servent à évaluer comment ces difficultés sont vécues ou non par la population en général. Seules ces études, sur toute une population, peuvent éclairer les politiques publiques, les cas cliniques pouvant servir d’illustrations ou de nuances.

La constitution de l’échantillon de référence est un des problèmes de la recherche. Les scientifiques savent tous que la multiplication des cas ne suffit pas à démontrer une vérité. Souvent ces scientifiques utilisent une métaphore pour l’expliquer : ce n’est pas parce que nous ne voyons que des merles noirs qu’il ne peut pas exister de merles blancs car nous en découvrirons peut-être un jour.

Dans les argumentations des quelques spécialistes français qui s’opposent à la résidence alternée, l’échantillon est totalement biaisé. Les nombreux constats cliniques observés par ces cliniciens, et sur lesquels ils fondent leur opposition, viennent tous de la même sous-population : les enfants de parents séparés qui ont des difficultés telles qu’ils consultent un clinicien. Ces cas cliniques ne peuvent donc pas représenter la population car, par définition, ils oublient tous les enfants qui vont bien. Ces cas sont tout à fait intéressants mais dans leur domaine : celui du soin clinique.

Comme nous l’avons dit la semaine dernière : ce n’est pas parce que les thérapeutes de couples ne voient que des couples en difficulté qu’ils en déduisent qu’il faut interdire le mariage. Nous sommes dans la même situation avec les enfants en résidence alternée qui consultent des cliniciens.

L’étude des populations entières montre que les cas cliniques sont des exceptions

Des résultats identiques à ceux de Fabricius sont obtenus par l’équipe de Bergström et Frasson à partir de toute la population des adolescents en Suède.

Leurs études montrent que, pour les riches comme pour les pauvres, le bienêtre des adolescents qui vivent fréquemment chez leurs deux parents est meilleur que celui des jeunes qui ne vivent que chez un seul parent. Elles montrent aussi que le bienêtre des adolescents qui vivent en résidence alternée égalitaire est proche de celui des adolescents vivant dans des familles non séparées.

Même avant 2 ans, la résidence alternée est meilleure que la garde pleine

Une étude par l’équipe de W. Fabricius et récemment publiée dans une revue scientifique américaine montre que la résidence alternée est bénéfique aux enfants de parents séparés dès le plus jeune âge, avant 3 ans.

La question de l’âge à partir duquel les enfants peuvent tirer avantage, ou au moins ne pas être pénalisés, par le partage de la résidence entre leurs deux parents est une question importante qui n’avait pas reçu de réponse fondée sur des preuves scientifiques convaincantes. Dans le débat français, certains pédopsychiatres ont pétitionné pour une interdiction de cet arrangement avant 6 ans puis, sans justifier le changement, ces professionnels ont abaissé le seuil à 3 ans (voir notre billet du 2 novembre 2016). La recherche de Fabricius va permettre d’éclairer le débat grâce à des faits et à des données tirés d’un large échantillon de plus de 100 jeunes étudiants ayant vécu très jeune la séparation de leurs parents. Continuer la lecture de « Même avant 2 ans, la résidence alternée est meilleure que la garde pleine »

Où en sont les jeunes adultes ayant vécu en résidence alternée ?

Nous poursuivons le billet de la semaine dernière. L’équipe de Fabricius a testé 72 étudiants de licence dont les parents avaient divorcé quand ils avaient moins de 3 ans. Les résultats montrent que la relation à la mère n’est pas atteinte pour les étudiants qui ont passé de nombreuses nuitées avec leur père quand ils avaient moins de 3 ans. En revanche, la relation au père est détériorée pour les jeunes adultes quand ils n’ont pas eu l’occasion de passer de nombreuses nuitées avec leur père lorsqu’ils étaient jeunes enfants. Continuer la lecture de « Où en sont les jeunes adultes ayant vécu en résidence alternée ? »

Le bienêtre des adolescents en résidence alternée : une étude en Suède

Les recherches sur le bienêtre des enfants et adolescents après la séparation de leurs parents sont citées par les deux commissions de l’Assemblée Parlementaire du Conseil de l’Europe que nous avons signalées dans nos précédents posts [voir 1 et 2]. Mais que disent ces recherches ?

Une étude porte sur tous les adolescents suédois de 12 et de 15 ans. Elle montre que ceux qui vivent dans une famille unie déclarent un plus haut niveau de bienêtre que ceux dont les parents sont séparés. Parmi ces derniers, ceux qui vivent en résidence alternée égalitaire déclarent un niveau de bienêtre statistiquement supérieur à ceux qui vivent plutôt avec un parent (moins de la moitié du temps) ou principalement avec l’un des parents (résidence pleine). A 15 ans, les adolescents qui vivent en résidence alternée déclarent un niveau de bienêtre équivalent à ceux dont les parents sont restés ensemble. Continuer la lecture de « Le bienêtre des adolescents en résidence alternée : une étude en Suède »