CIRA/ICSP : des activités dans les pays européens

Le Conseil International sur la Résidence Alternée (CIRA/ICSP) a une forte activité en Europe que nous n’avons jamais pris le temps de présenter. C’est ce que nous faisons aujourd’hui.

Logo CIRA

Nous présentons comment fonctionne le CIRA, et quels sont ses objectifs. Ensuite nous présentons quelques interventions en Suède, au Portugal, en France et en Grèce. Ce sont des interventions dans les grands médias car nous nous centrons ici sur le premier objectif du CIRA : diffuser les résultats des recherches scientifiques sur la résidence alternée.

Le Conseil International sur la Résidence Alternée (CIRA/ICSP) est une association internationale regroupant des scientifiques, des professionnels de la famille et des représentants de la société civile. Aucun secteur ne peut représenter moins de 25% du total des membres. Le conseil d’administration du CIRA est équilibré entre hommes et femmes.

Deux buts : diffusion et recommandations

Le but du CIRA, c’est, premièrement, la diffusion et la promotion des connaissances scientifiques sur les besoins et les droits (« l’intérêt supérieur ») des enfants dont les parents vivent séparés, et c’est, deuxièmement, de formuler des recommandations fondées sur des preuves scientifiques concernant la mise en place de la résidence alternée sur les plans légaux, judiciaires et pratiques.

Après avoir examiné la littérature scientifique internationale sur les conséquences de la rupture des parents pour les enfants, la résidence alternée – considérée comme le partage égalitaire de l’autorité parentale et de la résidence de l’enfant – s’est révélée être la meilleure solution pour préserver le bien-être des enfants.

Défendre le droit de l’enfant à une vie avec ses deux parents, même séparés

En conséquence, le CIRA souligne l’importance de faire respecter les droits de l’enfant. En particulier, le CIRA insiste sur le droit de l’enfant « de maintenir régulièrement des relations personnelles et des contacts directs avec ses deux parents » (CIDE art. 9.3) et sur le droit « d’être entendu dans toute procédure judiciaire et administrative » (CIDE art. 12) affectant la situation de l’enfant.

Défendre les droits de l’enfant implique, pour le CIRA, de coopérer aux débats internationaux sur la nature de l’intérêt supérieur de l’enfant dans notre société contemporaine où les familles sont diverses. Cela implique, aussi, de s’attaquer au problème de la violence domestique, car l’enfant et ses deux parents doivent être protégés de la violence et des abus.

Des conférences internationales et des actions locales

L’organisation de conférences internationales sur la résidence alternée est l’activité principale du CIRA. Chaque conférence aboutit à des conclusions qui mettent en évidence le consensus au sein du conseil d’administration du CIRA. Ces conclusions sont diffusées aux principaux acteurs du secteur, postées en libre accès sur internet ou publiées dans des revues scientifiques.

Ensuite, les membres du CIRA adaptent ces conclusions à la situation spécifique de leur pays. Ils coopèrent avec les institutions nationales et le gouvernement, rencontrent des journalistes et organisent des événements nationaux. Sur la base de leur propre expertise, les membres du CIRA de différents pays peuvent interagir pour le même événement national.

Interventions à la radio et sur les chaînes de télévision

Nous donnons ici quelques exemples d’interventions dans les grands médias de l’audiovisuel. Bien évidemment dans la langue d’origine ! Bon voyage à travers l’Europe!

En France, le 21 Novembre 2017, sur RTL, Chantal Clot-Grangeat parle avec Marc Olivier Fogiel de la garde alternée et de la coparentalité, une nouvelle manière de penser la famille.

Au Danemark, au parlement, en 2217, Jesper Lohse, et Christine Simon (Harvard School of Puplic Health) font une intervention en anglais au parlement à propos du congé de paternité.

Au Portugal, le 21 novembre 2018, Sofia Marinho explique ses recherches dans un grand reportage de l’émission « Pais à vez » de la télévision nationale.

En Grèce, en 2017, Ioannis Paparigopoulos, avocat du barreau d’Athènes, participe à une heure d’émission sur la chaîne parlementaire dans une émission d’une heure à propos de la résidence alternée.

En Suède, en 2018, Malin Bergström est sur TV 4 pour parler de comment s’organiser pour installer un climat tranquille et agréable pour l’enfant quand le couple est séparé.